Featured

Tres chers amis de Radio Courtoisie ce blog est pour vous

Très chers amis de Radio Courtoisie

C’est dans les périodes douloureuses qu’on reconnait ses vrais amis. Radio Courtoisie en a beaucoup et vous vous êtes manifestés sur le blog du Salon Beige ,sur celui d’Anne Brassié et sur la boite mail de Didier Rochard. Un immense merci car ces témoignages d’amitié nous vont droit au coeur et renforcent notre volonté de résister .

 Certains  accusent les patrons d’émission de vouloir tuer la radio , non vraiment non!  Pourquoi anéantir ce à quoi ils travaillent depuis presque 30 ans pour certains d’entre eux ?

Ce blog a été créé par un auditeur de la radio  pour servir de lien entre les patrons d’émission et vous mêmes, auditeurs, afin de ne pas désespérer , d’ échanger des informations afin que le président ne soit pas seul à vous donner sa version des faits et sa litanie de mensonges.

Ce blog veut aussi vous donner la parole , vos lettres sont belles et font comprendre combien Radio Courtoisie est essentiel aux yeux de chacun de nous.

                             Jean Claude Gay

Plusieurs chapitres sur ce blog :

Liste des patrons “remerciés” ou démissionnaires

Auditeurs ,vous avez vraiment la parole.

La presse parle de la crise de la radio.

Lettres ouvertes adressées au président depuis des mois.

Informations sur le fonctionnement de la radio .

Plaintes en justice .

Communiqué de l’Association des Producteurs et Amis de Radio Courtoisie

Paris,le 6 juillet 2017

Chers Amis Auditeurs et Patrons d’émissions,

Tout d’abord, l’APARC remercie les très nombreux auditeurs qui nous rejoignent en ces jours pour soutenir nos actions afin de sauvegarder Radio Courtoisie. Ces encouragements cordiaux et matériels prouvent l’intérêt que nous portons tous à l’oeuvre de Jean Ferré et de Serge de Béketch qui ne doit pas disparaître! 

La nouvelle est maintenant connue: Henry de Lesquen a été exclu du Conseil d’Administration et donc de la Présidence de notre radio le samedi 1er juillet lors d’une Assemblée Générale des 11 membres actifs de l’Association Radio Courtoisie-CDARS. Le lundi 3 juillet, il annonçait son départ à la fin de son émission en lançant une dernière salve d’injures méprisantes et de dénonciations odieuses et mensongères contre Patrick Simon, Dominique Paoli, Pierre-Alexandre Bouclay  et Jean-Noël Audibert ( textes retransmis ci-dessous, vidéo disponibles sur Youtube)

Il a promis le pire pour Notre radio, ignorant que les cimetières sont remplis de gens irremplaçables qui ont été… remplacés !

L’APARC salue l’élection de Dominique Paoli à la présidence, d’Anne Colin au secrétariat général et de Jean-Noël Audibert au poste de trésorier. L’APARC, forte de ses adhérents auditeurs, amis  et patrons d’émissions agira avec détermination et discernement pour maintenir Radio Courtoisie et retrouver l’esprit des fondateurs de notre radio qui fut courtoise. La radio ne retrouvera sa sérénité, son harmonie et ses finances qu’après la réintégration des patrons d’émissions qui ont construit, pendant 30 ans, cet outil irremplaçable. Les exclus, improprement qualifiés de « félons » alors qu’ils ont réagi plus vite aux excès, au despotisme et aux outrances insupportables de  Lesquen ont été gravement insultés, eux aussi, au moment de leur éviction pour simple crime de lèse-Lesquen. De nombreux auditeurs suspendent leur participation au retour des exclus sur l’antenne. Ils le disent, ils l’écrivent. Pourra-t-on longtemps taire leur souhait dont dépend la survie de Radio Courtoisie?

L’ APARC prendra les contacts nécessaires pour obtenir les réponses que les auditeurs attendent concernant l’avenir du Fond de Dotation, la réintégration de toutes les archives de la radio et, le fonctionnement de l’Assemblée générale ( les auditeurs n’y sont pas représentés, pas plus que les patrons d’émissions).

Chers Amis auditeurs et adhérents de l’APARC, nous vous informerons des développements qui viendront mais d’ores et déjà, PRENEZ LA PAROLE, ECRIVEZ en urgence AU CONSEIL d’ADMINISTRATION. DITES VOS SOUHAITS POUR votre RADIO…L’heure est grave pour sa survie et votre voix déterminante.

Nous restons à votre écoute,

Amitiés courtoises

D.  Rochard

A.  Brassié

G.  Boucher

et les membres du CA de l’APARC

Transcription des échanges de propos entre Anne-Laure MALEYRE 

« Journal de la plus grande France »  Samedi 1er juillet 2017 18h.

Le style « parlé » est conservé à dessein pour retranscrire au mieux les propos échangés.

A-L Maleyre  : »…j’ai appris ce bouleversement dans la vie de la radio puisque Henry de LESQUEN n’ a pas été reconduit à la présidence de la radio et a été remplacé par Dominique PAOLI. Je sais que c’est quelque chose qui va secouer la vie de notre radio et je souhaiterai qu’elle puisse éventuellement  vous donner davantage d’explications  sur le déroulement et puis la façon dont elle projette la vie de la radio pour les prochaines années où elle en aura la direction. Chère Dominique Paoli,  je vous laisse la parole. »

Dominique PAOLI: » Eh! bien A-L Maleyre, je vous remercie, merci mille fois de m’accueillir dans votre émission dans ces circonstances particulières, ces circonstances qui sont vraiment…je ne dirai pas qu’elles vont bouleverser la radio, parce que j’espère que ce sera  plutôt le changement dans la continuité comme je l’ai dit dans le communiqué que j’ai lu tout à l’heure à l’antenne, pour une raison simple, c’est que, depuis 10 ans, j’assurai les fonctions de Déléguée aux questions éditoriales et depuis 5 ans le Secrétariat Général de la radio. C’est dire que, quand même,… et je pense aussi rappeler aux auditeurs que j’ai été invitée pour la première fois sur cette radio par mon ami Jean FERRE en 1992 et qu’enfin en 1999, j’ai été heureuse  de pouvoir devenir Patron d’émission en association avec Anne COLIN qui me recevait elle-même dans son émission  – dont je tiens d’ailleurs ce soir avoir une pensée particulière et pour Jean Ferré et pour Anne Colin-. Jean Ferré est parti, on le sait, en 2006.  Anne Colin, Dieu merci, est toujours là, nous faisons toujours notre émission à deux et c’est un bonheur! Nous nous entendons très bien et je crois que les auditeurs de Radio Courtoisie, non seulement, y sont sensibles  mais qu’ils le perçoivent. Voilà, donc cela se passe très très bien. C’est toujours ce principe de la continuité et nous continuerons à faire toutes les deux notre émission du mardi matin nous y tenons aussi bien autant l’une que l’autre, donc il n’est pas question d’arrêter ça. Nous avons créé et noué des relations particulièrement agréables avec, vraiment les plus grands historiens de notre époque et cela est donc, pour nous, une continuité; justement, là, voilà une continuité et puis de toute façon comme j’avais, évidemment en tant que Secrétaire général aux questions éditoriales, j’avais beaucoup beaucoup de contacts avec les patrons d’émission, j’ai noué même des amitiés et tout ça m’est extrêmement précieux. Je ne sais pas si ce sont mes 50% de sang corse  mais j’aime lier des amitiés et ma vie a été bâtie là-dessus et puis ma vie a été bâtie sur la défense de nos valeurs -les nôtres, je ne parle pas de celles dont on parle dans les autres média- je parle des nôtres, les vraies, la civilisation, la culture, la transmission  du savoir, c’est tellement important! Il y a également d’autres aspects, bien sûr, les valeurs…rappeler toujours que nous sommes toujours une civilisation d’origine chrétienne ce que l’on veut nous faire nier aujourd’hui…enfin, il y a mille choses qui nous lient  et qui, pour moi, sont une défense depuis toujours. Ca a commencé, j’avais 11 ans sur le Forum de Rome et ça ne s’est jamais arrêté et j’en ai… quelques décennies de plus  mais je crois que l’enthousiasme, lui, ne s’est jamais tari. Donc j’espère que les auditeurs de Radio Courtoisie me soutiendront, nous soutiendront car nous passons un moment difficile au point de vue trésorerie et donc il faut absolument que tout le monde nous aide et j’espère que ce changement donc toujours dans la continuité , que ce changement va les amener à nous soutenir de nouveau en masse. Voilà ce que j’avais à leur dire ce soir et je vous remercie A-L Maleyre de m’en avoir donner la possibilité et je n’ai qu’une seule chose à dire: »longue vie à Radio Courtoisie! ». Vous pensez que le 7 novembre, ce sera le 30ème anniversaire. C’est quand même pas rien pour une radio associative qui a connu des moments difficiles mais j’aurai quand même aussi une pensée pour H. de Lesquen, même s’il n’a pas été réélu parce que c’est lui qui a sauvé la radio en 2006-2007. Ca, nous ne l’oublierons pas non plus. Je ne suis pas quelqu’un d’ingrat et ça, je compte le garder dans mon esprit, c’est très important et il faut que les auditeurs de Radio Courtoisie le sache. »

A-L M   : » puis-je vous poser une question très indiscrète?

D P       : » mais allez-y! »

A-L M  : » Vous n’êtes pas obligée évidemment d’y répondre en public mais vous savez que je suis très attachée à H2L et je voulais savoir quel serait son devenir à la radio? il quitte ses fonctions de Président, pourra-t-il toujours animer cette émission…?

D P     : » Ecoutez, il n’a pas été question du tout, une seule seconde, dans le Conseil d’Administration qui a suivi l’Assemblée générale – Conseil d’Administration qui m’a donc élue à l’unanimité- il n’a jamais été question de lui enlever son émission

A-L M   : » Donc nous pourrons encore bénéficier de son humour régulièrement le lundi soir.. »

D P    : » Bien sûr…tant que tout reste dans des normes courtoises, il n’y a aucune raison. Nous ne sommes pas d’affreux tortionnaires qui mettons les gens à la porte…il n’en est absolument pas question. Moi je pense…ce que je souhaite, c’est l’harmonie. Moi mon maître mot dans la vie, c’est essayer de créer l’harmonie. Donc jamais en aucun cas, je n’attaquerai Henry de Lesquen ».

A-L  M  : » Eh! bien, écoutez, chers auditeurs, je pense que les propos de notre nouvelle Présidente de la Radio signent l’esprit de notre radio qui est la liberté des patrons d’émission…quelque soit le ton employé du moment que nous restons, je dirai, dans les règles de la loi et puis de la loi de notre radio qui sont la courtoisie et donc, je dois reconnaître que je suis très heureuse d’avoir cette nouvelle présidente qui insufflera…qui donnera un nouveau souffle, un autre souffle à notre radio. Il faut reconnaître que c’est la première fois dans l’histoire de la radio que nous avons une femme président…

D P   : » C’est le signe des temps, A-L M, et d’ailleurs nous sommes, dans le studio, trois femmes justement et je ne parlerai ni du règne des femmes ni de parité mais du rôle naturel qui peut arriver à certaine femme parce qu’elle le mérite. C’est ça au fond…. »

A-L M : » et puis c’est une autre façon d’établir des relations dans le cadre associatif, cela peut être une expérience intéressante… »

D P : » C’est vrai que les femmes ont souvent – je ne dis pas toujours- mais souvent un sens du lien social, du lien affectif qui doit régner…Je me suis toujours efforcée que dans toute l’équipe de Radio Courtoisie, aussi bien avec les administratifs, avec tout le service technique, ne parlons pas de Franck, le chef technicien, d’essayer vraiment d’établir quelque chose qui soit des liens d’amitié…moi, j’emploie une formule un peu familière, vous me le pardonnerai, j’aime que « tout baigne »…j’aime quand j’arrive à la radio que tout le monde soit tout sourire. C’est mon tempérament et je ne le renie pas et j’espère que – et ça, c’est une continuité, ça va rester comme ça. Je ne vais pas changer, A-L M, je vous le promets… » 

A-L M: » Eh! bien écoutez je vous remercie. pour les auditeurs qui seraient inquiets de la discipline qui régnera à l’antenne, je serai sanctionnée pour le « présidente » de… par les auditeurs et puis D P faisait surveiller aussi, entre guillemets,  pour s’assurer que nous respections bien la loi … »

D  P: «  oui mais ça, c’est la loi… »

A-L  M: » eh, donc cela ne changera rien à la qualité des émissions et à la tenue des émissions que nous aillons D P comme Présidente…eh, bien! bienvenue à D P …à la présidence de la radio… ».

D P : » merci A-L M, j’apprécie beaucoup votre accueil… ».

A-L  M: » Chers auditeurs, si vous avez des questions à poser à D P, posez-les tout de suite au standard, elles nous serons transmises…D P va rester un petit peu pour répondre à vos questions… »

                                                                                  ***

Questions des auditeurs

A-L  M: » Je pars du principe que M. de Lesquen étant quelqu’un que j’apprécie, je ne lis pas les messages que j’estime être insultants à son encontre… »

D P : » Je vous approuve totalement… »

A-L  M: » Ensuite, je lirai les messages des auditeurs… »: »Félicitations à Madame  Paoli, pourrait-on savoir pourquoi M. de Lesquen n’a pas été reconduit à la présidence de R.C? »

D P : » parce qu’il a été mis en minorité tout simplement… »

A-L M: » nous avons des instances quasi démocratiques… »

D P: » et les statuts ont été respectés au mot près et donc, il s’est trouvé qu’il y avait 6 personnes – ce n’est pas un secret d’Etat- 6 personnes qui étaient contre son renouvellement et 5 qui étaient pour…voyez-vous! ça a été partagé… on n’a pas donné l’estocade à H2L!

A-L M: » Est-ce vous pouvez me corriger si je me trompe, car pour beaucoup d’auditeurs ça n’est pas très clair…. Quand nous sommes adhérents à R.C, nous sommes associés, ça ne donne aucun droit, en fait pour l’élection, ce qui est parfaitement légitime, le statut des Associations peuvent être conçus…

D P: » oui, il y aurait trop de monde… »

A-L M: »… et donc en fait il y a des personnes qui sont membres actifs et qui sont habilités à voter  pour le Conseil d’Administration… »

D P: » voilà…pour élire…enfin quand il est en renouvellement et là, il était élu pour 5 ans et là, il était en renouvellement depuis 2012-2017 et pour 5 ans, il est réélu. »

A-L M: »… donc  renouvellement du CA et ce CA choisit le Président. Donc là, ce qui s’est passé, c’est que les membres actifs ont choisi un certain nombre de membres  qui sont devenus le Conseil d’Administration  et ce CA a décidé qu’il serait dirigé, non pas par H2L mais par D P. »

D P : » …c’est ça mais au point de départ déjà, lors de l’AG, quand on a voté pour toutes les personnes qui se présentaient au CA, H2L n’a pas été réélu au Conseil… »

A-L M: » Ah! il n’a pas été réélu au CA? »

D P : » Déjà, il n’a pas été réélu au Conseil, mais je vous dis, à 5 voix contre 6. Il faut quand même le dire pour voir que ce n’est pas un rejet, il a de fidèles amis qui n’ont pas voulu voter cette résolution. Mais donc là, après, le CA se réunit et il élit le Bureau. …et dans le bureau, évidemment, la personne principale …mais ne soyons pas prétentieux, c’est le président…et ils ont élu aussitôt un nouveau président, un nouveau trésorier et le bureau est constitué… »

A-L M : » d’accord, donc éventuellement, les auditeurs pourront avoir la composition du bureau… »

D  P   : » Oui, c’est ça…j’attends quand même 48h. pour donner plus de détails… »

A-L M : » Oui d’accord, alors un auditeur taquin nous demande s ‘il est reproché à H2L d’avoir dénoncé la politique du gouvernement face aux migrants et à l’Islam… »

D P     : » aucun rapport. »

A-l M  : « Bonne chance à D P pour la présidence de RC « dit par une auditrice.

(…)

Pour l’instant, ce sont les messages que nous avons….

D P : » il y a un autre message! »

A-L M  : » Oui, il y a un autre message dont je prends connaissance en même temps que je le lis: » Euh…! bravo pour ce renouvellement….alors là, l’auditeur fait référence à d’anciens patrons d’émission: »pensez-vous faire appel à M. Rochard et Daniel Hamiche?…euh! et puis évidemment, il appelle les auditeurs à reprendre les cotisations… »

D P : » Bien entendu. Alors, je vais répondre. Nous avons une grille et nous avons 74 patrons d’émission. La grille est pleine. Donc, il n’est pas du tout dans nos intentions et en particulier dans les miennes de mettre quiconque à la porte. Donc, cela veut dire que pour l’instant, il n’est pas question de faire de nouveaux changements. La grille est telle…elle  a été, donc, scellée par H2L mais nous ne pouvons pas…il s’est engagé et en s’engageant, il engage forcément ses successeurs, hein! Donc, il ne peut être question de…si un ou deux patrons d’émission ne sont pas contents et veulent partir, c’est un autre problème mais il n’est ABSOLUMENT pas question que nous mettions quelques patrons que se soient à la porte…ça que ce soit bien clair!! … ».

A-L  M    : » Alors, voyez, chers auditeurs, c’est tout le bénéfice d’une radio associative, ça ne fonctionne pas comme les radios concurrentes où lorsque la direction change, on vire une partie des journalistes..là, nous sommes tous… »

D  P       : » Non, ce n’est pas le genre de la maison… »

A-L M  : »Les patrons d’émission sont évidemment tous bénévoles…euh! ont été invités à la radio pour diverses raisons, comme j’ai eu l’occasion de le préciser à ce micro, parfois, nous défendons des positions opposées, nous argumentons sur de sujets radicalement différents, nous invitons des personnalités qui ne pourraient pas se retrouver dans le même studio dans des émissions différentes, donc vraiment l’esprit de la radio est une radio associative et il n’y a pas d’opération ensuite…comment ça s’appelle aux Etats-Unis quand on change d’administration en fonction de…. »

D  P  : » euh! écoute, je ne sais pas, moi j’appellerai ça  limogeage mais bon et de toute façon, il est bien évident que la pratique, l’habitude  de Radio Courtoisie de laisser toute liberté, dans la limite de la loi comme vous le disiez tout à l’heure, aux patrons d ‘émission ne va pas changer. Ca reste la même chose. parfois, nous avons des répétitions de sujets parce qu’un livre, ou une exposition etc…inspire nos patrons d’émission, alors, ils sont plusieurs à vouloir le traiter quelque fois coup sur coup, c’est comme ça puisque de toute façon, deux patrons ne le traiteront pas de la même manière  donc ça ne pose pas de problème et c’est pour ça que la liberté doit demeurer dans cette radio. Moi, je  le certifie. »

A-l  M : » Bon eh! bien écoutez, je pense que les auditeurs seront rassurés  et puis eh! bien pour les retours, le changement de direction d’émission, eh! bien, il y a une attitude courtoise qui consiste à laisser les gens travailler… »

D P  : » Vous me permettrez, A-L M de répondre à cette question précise: » pourquoi Paul Deheuvels n’est-il plus là? Donc, Paul Deheuvels a eu un grand malheur personnel dans sa famille et il a souhaité prendre un petit peu de distance…mais pas permanente, une distance provisoire. Il avait beaucoup de choses à régler à cause de cela, un décès très proche. et donc, alors…Il nous avait demandé si on pouvait rediffuser  d’anciennes émissions de lui en attendant -ce que nous avons fait parce que nous sommes très attachés à Paul Deheuvels et récemment là, il a été de toute façon scellé que nous…qu’il reviendrait au mois de septembre déjà pour les émissions du mois de septembre  et ce qui s’est passé et ça, je m’en doutait un peu, l’histoire des vaccins l’a réveillé absolument…donc, il va enregistrer la semaine prochaine une émission sur les vaccins pour qu’elle soit rediffusée en juillet. Donc, voilà, Paul Deheuvels, nous l’apprécions beaucoup, nous y tenons et j’ai l’impression que lui tient à Radio Courtoisie, donc tout va bien. »

A-L M  : » …donc écoutez, une bonne nouvelle pour les auditeurs de Radio Courtoisie… »

(…)

A-L M:: »(…) Je vais libérer D P qui a eu la gentillesse de nous accompagner pendant 45 minutes alors qu’au départ, c’était plus court…alors, un question d’une auditrice qui n’a pas entendu le début de l’émission: » est-ce que M de Lesquen , malgré tout, gardera son Libre Journal du lundi soir ? et félicitations à Madame Paoli… »

D  P  : » alors je réponds tout de suite, pour l’instant, il n’est absolument pas question de lui enlever son émission. Après, il faut, bien entendu, que cela reste dans la plus grande courtoisie… »

A-L  M : » Une auditrice: il est bien dommage  que M. de Lesquen ne soit plus président de R C, cela va être  moins bien maintenant…alors, chère auditrice, je vais me permettre de vous répondre: »je ne suis pas certain que ce sera différent mais si vous appréciez -comme je le disais l’humour un petit peu raide de H2L -, vous aurez, jusqu’à ce que lui décide qu’il doit en être autrement, vous aurez le plaisir d’écouter ses émissions tous les lundis puisque D P a bien insisté pour dire qu’elle tenait à la présence de H2L dans l’équipe et à la radio tant qu’il le souhaitera… »

D  P  : » Euh! Oui, alors, je vais répondre à cette auditrice que je vais essayer de la détourner de son idée et je rappelle que Jean Ferré lui-même faisait des tas de messages qui étaient très désagréables pour lui…il faut pas -non plus- abandonner cette tradition… »

A-L  M: » …sachant que la radio est avant tout évidemment, chers auditeurs, – je me permets de le rappeler-votre radio, euh! effectivement, parfois nous choisissons, nous avons notre propre regard mais nous sommes toujours très attentifs à vos critiques, à vos remarques pour qu’on puisse améliorer évidemment …nous sommes entre guillemets votre porte voix et donc nous ne pouvons pas confisquer ni l’antenne en choisissant les patrons d’émission en fonction de l’une ou l’autre préférence personnelle que l’on peut avoir et évidemment en confisquant la parole des auditeurs lors des interventions écrites…simplement, j’insiste, je n’aime pas la discourtoisie donc je ne lis pas les messages qui sont désagréables ni pour mes invités ni pour les présidents de la radio et là on a été…. ça a été le cas quand j’avais H2L comme directeur de la Radio et il en sera de même pour  D P…. »

D  P : » A-L M, un très très grand merci de vous avoir accueilli dans votre émission ce soir de manière impromptue auquel je tiens beaucoup. Moi, je vous salue et je salue, bien sûr, tous les auditeurs de RC…(…) »

 Fin

 

Transcription de l’émission du Libre Journal

dernière émission de Henry de Lesquen du lundi 3 juillet 2017.

Le style « parlé » a été intégralement conservé avec les «… euh… » d’hésitations, les répétitions quand ils révèlent l’ambiance du discours.

« ….J’ai une annonce à faire, chers auditeurs de Radio Courtoisie, cette émission d’aujourd’hui que je fais, ce Libre Journal du lundi soir, c’est la dernière que je fais! Je quitte mes fonctions de patron d’émission de Radio Courtoisie pourquoi? parce que je…il faut savoir que patron de Radio Courtoisie, c’ est une lourde charge et que je fais ça depuis 2003 et plus précisément  pour ce Libre Journal depuis le 23 octobre 2006 quand j’ai succédé à Jean Ferré et cette lourde charge, j’ai décidé de ne plus la supporter parce que… euh,… elle est devenue insupportable dans le contexte actuel qui est assez nauséabond.

Un auditeur me dit gentiment qu’il vient de recevoir  la lettre d’appel de fond d’Henry de Lesquen du 26 juin, qu’il envoie un don de 150€ via le site en ajoutant « merci pour de si bonnes émissions ». Alors il faut savoir que cette lettre datée du 26 juin que vous venez de recevoir chez vous, qui a été mise en poste le 30 juin, est signée par H. de Lesquen président de Radio Courtoisie. Je l’étais quand je l’ai signée, évidemment, et quand je l’ai mise à la poste le 30 juin. Mais le 1er juillet, je ne l’ai plus été puisque, à la suite d’un putsch manigancé par un trio d’individus  envieux et incompétents que je citerai par leurs noms: Patrick SIMON, Dominique PAOLI et  Jean-Noël AUDIBERT, eh! bien, j’ai été mis en minorité et par 6 voix contre 5, je n’ai pas été réélu au Conseil d’Administration. Par conséquent, j’ai décidé de ne plus continuer à assurer mon émission et je trouve assez cocace d’ailleurs que les gens reçoivent un appel de fond signé par moi alors que je ne suis plus ou que je ne serai plus, dans quelques jours, Président de Radio Courtoisie. D’ailleurs, sur le plan juridique, en fait, mon mandat de Président s’achève le 12 juillet. Je suis donc théoriquement président jusqu’au 12 juillet et l’artifice qui a consisté à mettre fin par l’Assemblée Générale du 1er juillet dernier au mandat des membres du Conseil d’Administration était illégal, contraire aux statuts puisque le point n’était pas inscrit à l’Ordre du Jour. Sur le plan juridique, mais ça n’a pas beaucoup d’importance sur le fond, mon mandat dure encore quelques jours. En tous cas, ce procédé montre l’incompétence de l’équipe de bras cassés qui me succède puisqu’ils auraient dû attendre le 13 juillet pour réunir le Conseil d’Administration et élire un nouveau bureau et donc élire le nouveau Président. Cela prouve leur degré d’incompétence! 

Je dois dire que cette affaire a démontré, une fois de plus, pour ceux qui connaissent un peu la nature humaine, la noirceur… des sentiments… des hommes et la bassesse des comportements…C’est vraiment dramatique, c’est vraiment dramatique et cela ne m’a pas surpris puisque je m’attendais à la chose mais ce qui m’a surpris quand même c’est que j’ai été trahi, notamment par quelqu’un pour lequel j’avais de l’estime, qui était Jimmy P… alias Pierre-Alexandre BOUCLAY. En effet, je savais qu’à la suite du complot monté par les individus en question SIMON, PAOLI et AUDIBERT, il y avait un complot et que j’avais 6 voix contre moi pour 5 pour moi dans l’A.G de 11 membres, les 11 membres actifs puisque les membres adhérents ordinaires comme vous, chers auditeurs certainement, n’ont pas le droit de vote ni le droit de participer à l’A.G mais…euh, cette euh…situation a fait que j’ai décidé de nommer 4 membres actifs supplémentaires. 4 membres actifs, …je pouvais le faire, parmi les membres adhérents à condition d’avoir l’accord de 3 autres membres du C.A et je l’avais. J’avais l’accord de Jimmy P….. alias Pierre-Alexandre BOUCLAY, l’accord de Françoise ICARD et l’accord de Bernard MAZIN et au dernier moment …au dernier moment,…euh…au dernier moment… Pierre-Alexandre BOUCLAY-Jimmy P…… a changé d’avis et pourquoi a-t-il changé d’avis? – c’est absolument effarant et cela démontre la bassesse du procédé, c’est qu’il a été soumis à des pressions invraisemblables de la part de Patrick SIMON qui s’est comporté comme un véritable maître chanteur. Alexandre BOUCLAY-Jimmy P….. a changé d’avis…pourquoi cela? parce que Jimmy P….., dans une vie antérieure, sous son vrai nom, a été historien révisionniste et donc Patrick SIMON l’a menacé de révéler cela, que sous ce pseudonyme de Pierre-Alexandre BOUCLAY se cachait l’identité véritable de Jimmy P….. historien révisionniste. Je ne comprends pas pourquoi il a été impressionné, il n’avait qu’à dire qu’il avait changé d’avis, que c’était une étape antérieure de sa vie, cela n’était pas si dramatique….Voilà ce qu’a fait le maître chanteur Patrick SIMON, ce qui est infâme pour le faire changer d’avis et pour l’obliger d’ôter sa signature et d’arriver à cette situation où je ne pouvais plus nommer les  4 membres actifs supplémentaires qui auraient changé la majorité. Voilà à quoi s’est joué le putsch organisé par ce trio de personnages – je le répète- très incompétents. Le…le…le patron du putsch est en réalité Patrick SIMON qui, je l’ai dit tout à l’heure, est un libéral cosmopolite macronien et malheureusement, j’ai peur que, sous son instigation, sous sa férule, les deux comparses que sont Jean-Noël AUDIBERT et Dominique PAOLI ne transforment la radio en radio macronienne…on va macroniser Radio courtoisie. Voilà ce qui risque de se passer, chers auditeurs, et je tiens à vous dire que cela me parait très profondément regrettable. Bon. 

Quel sera l’avenir de Radio Courtoisie? Je souhaite qu’il soit assuré. Radio Courtoisie est un navire dont la coque est bien carénée et par conséquent, elle peut continuer sur son ère  avant d’échouer sur un récif; mais je suis persuadé que, en raison de leur incompétence, PAOLI et AUDIBERT sont incapables de tenir le gouvernail bien longtemps. Ce que j’espère, c’est lorsque leur départ deviendra inévitable, il puisse y avoir des gens raisonnable et de qualité -j’ai quelques noms en tête- qui puissent leur succéder et remettre Radio Courtoisie sur les rails, euh!…j’ai 68 ans, Dominique PAOLI a 7 ans de plus que moi, elle a 75 ans. J’aurais préféré- je vous le dis franchement, – malgré la charge que cela représente, être en mesure d’assurer ma succession dans quelques années …euh! comme il fallait…et donc euh… c’est bien dommage que je n’ai pas pu le faire.

Alors il me reste à remercier tous ceux qui ont fait cette radio – et que j’ai beaucoup apprécié- je pense en particulier aux techniciens – j’ai le plaisir que l’émission soit réalisée par Jean-Edouard que je remercie pour sa gentillesse et son talent et je veux remercier les 13 techniciens – et j’espère en oublier aucun- qui tous ont montré un dévouement extraordinaire pour la radio et qui font la radio. Vous savez, la radio, c’est d’abord -ce sont les Patrons d’émissions- mais ce sont aussi les techniciens et je veux remercier, au moment où je quitte cette émission et au moment où je quitte complètement la radio  Benoit, Claudio, Cendrine, Josselin, Arnaud, Philippe, Jean-Edouard que j’ai déjà cité, Stéphane, Franck bien sûr, le chef de la technique et puis aussi Adrien, le cher Adrien, et puis, Jérôme, Xavier, Nicolas et Arnaud. J’espère n’avoir oublié personne Jean-Edouard?…voilà, j’ai cité tout le monde, ils sont tous pour moi des visages connus pour lesquels j’ai de l’affection , y compris pour le petit dernier -si j’ose dire- Xavier euh… et bien sûr, je remercie les bénévoles qui m’ont aidé pour cette émission. D’abord les 2 assistantes que j’ai eu aujourd’hui, c’est-à-dire la chère Nathalie  et la chère Joëlle, et je pense à la chère Madeleine Dilaé (?) qui nous a tellement aidé et qui est un exemple de dévouement et de militantisme absolument admirable. Radio Courtoisie a besoin pour vivre de cette ferveur et elle a besoin de cette loyauté et malheureusement, il est déplorable que des petits esprits, que des individus de bas étages comme ceux que j’ai nommés se livrent par pure envie… ce sont -je le répète- des individus envieux et incompétents, se livrent à des basses manoeuvres pour évincer quelqu’un qui s’était dévoué depuis si longtemps à la demande d’ailleurs, à l’origine, de Jean FERRE le fondateur de la radio et soutenu par Serge de BEKETCH, pour que Radio Courtoisie croisse et se développe. Alors, je répète Radio Courtoisie est aujourd’hui…. elle est bien positionnée, après la cabale de 2016, nous avons renouvelé largement la liste des Patrons d’émissions; nous avons aujourd’hui 74 patrons d’émission, après mon départ, il n’y en aura que 73. Je rappelle les chiffres, lorsque Radio Courtoisie a été créée en 2006…en 1987 pardon!! il y avait 17 patrons d’émission. A la mort de Jean FERRE lorsque je lui ai succédé, en 2006, il y en avait 49, au 1er janvier 2016, il y en avait 71. Aujourd’hui, il y en a 74. Il y a eu, à cause des départs naturels mais aussi à cause de la cabale, beaucoup de départs depuis le 1er janvier 2016 puisque 27 patrons d’émission sur les 71 sont partis ce qui est énorme mais évidemment 30 sont arrivés ce qui est également énorme, ce qui fait que nous avons aujourd’hui une grille de programme qui a été rénovée et améliorée sur bien des points de détails et sur le principal, et je pense euh…euh…grâce à la qualité des patrons d’émission euh…euh…à quelques exceptions près(!) euh…euh…assurent à cette radio le rang, la qualité qu’elle a eu jusqu’à présent et qu’elle doit maintenir. Je souhaite, pour ma part, très fermement que la radio garde le cap qui lui avait été fixé par son fondateur et que j’ai, à mon avis, bien poursuivi pendant plus de 10 ans, après l’avoir sauvée en 2006 et 2007, je l’ai encore sauvée en 2016 parce qu’elle était attaquée de l’extérieur et il est bien dommage que j’ai été victime de cette cabale mais je dois dire que c’est une dernière cabale, ce putsch…mais je dois dire que cela me libère un peu. Vous ne pouvez pas imaginer cette charge de travail que représente cette radio car nous sommes une petite équipe et je m’occupe de questions financière, juridique, administrative et alors que ma vocation principale n’était pas celle-là. Ma vocation principale, c’est de développer les idées politiques…et je vous invite d’ailleurs à me retrouver sur Internet sur ma chaîne Youtube sur mon site henrydelesquen.com, sachant que mon nom s’écrit avec la lettre Y pour le prénom et 2  E pour le nom de famille. Donc, le combat pour moi continue mais plutôt au niveau des idées et le travail -très lourd de gestion  de Radio Courtoisie- m’échappe puisque je ne suis plus rien au C.A mais de plus, la charge de cette émission hebdomadaire va aussi m’échapper et – je dirai que- je le fais évidemment avec une certaine tristesse puisque j’ai vécu des expériences passionnantes (…).

Chers Amis de Radio Courtoisie, il me reste à vous dire au revoir..euh…à bientôt pour de nouvelles aventures, je vais me consacrer à l’écriture d’un livre que je publierai dans quelques mois et à l’instant disons tous ensemble: »Vive la France, vive la civilisation occidentale et chrétienne et vive Radio Courtoisie qui va survivre- je l’espère- au drame qu’elle subit actuellement, qui n’est pas celui de mon départ- mais celui de l’arrivée à sa tête de personnages à la fois minables, peu recommandables et qui sont prêts à tous les bas procédés,… de la plus grande duplicité pour assouvir leurs petites et basses ambitions.

Merci, chers auditeurs de Radio Courtoisie.

Dépôt d’une requête juridique

Chers Amis de Radio Courtoisie …canal historique,

Votre fidélité aux principes fondateurs de Radio Courtoisie vous a amené à adhérer à l’APARC.
Votre Association travaille depuis quelques mois -dans une indispensable discrétion- afin de préserver notre radio d’une évolution en tous points préjudiciable: le « ronron » du politiquement correct envahit nos ondes, l’ irrespect des invités de certaines émissions qui entrainent une baisse de l’auditoire et des donateurs, le danger toujours présent d’une sanction du CSA, une image dégradée et ridiculisée dans le grand public.

Conformément à nos statuts, un groupe d’auditeurs courageux particulièrement attachés à l’oeuvre de Jean FERRE, membres de l’APARC et notre Conseil ont déposé le 6 juin une requête juridique en vue de préserver les intérêts des auditeurs et producteurs de Radio Courtoisie. Nous vous informerons des suites réservées à cette démarche et des actions qui en découlerons.

Nous avons toujours besoin de votre soutien. N’hésitez pas à rejoindre l’APARC (cotisation minimum de 15€. Merci à ceux qui le peuvent de soutenir notre action en justice, les frais sont importants!). Toutes informations sont disponibles sur notre blog de liaison:
nousmaintiendronsradiocourtoisie.com

Sûrs de votre fidélité, nous vous assurons de notre dévouement et vous saluons courtoisement.

Didier ROCHARD, Anne BRASSIE, Philippe BOISSY, Grégoire BOUCHER

Appel à cotisation (inevitable !)

appel_cotisation et adhesion APARC V2 – copie

Association des Producteurs et Amis de Radio Courtoisie APARC 70 boulevard Saint-Germain – 75005 Paris Association loi 1901

Appel à cotisation

Chers amis,

La presse française publiait le 22 décembre dernier une information très inquiétante : « Les jours de Radio Courtoisie sont-ils comptés ? » Hélas oui, et le naufrage programmé de la radio est bien une réalité.

Les menaces qui pèsent sur notre chère Radio ne sont plus théoriques ou chimériques : les auditeurs se sont lassés, les caisses sont vides, et le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a, vous le savez, rendue publique sa décision d’engager une procédure de sanction contre l’actuel président de Radio Courtoisie. Il a désigné un rapporteur issu du Conseil d’État pour instruire cette procédure dont la sanction peut (va !) aller jusqu’au retrait de la fréquence de Radio Courtoisie ! À quelques mois d’échéances électorales capitales pour notre pays, cette dernière éventualité n’est pas à exclure et est même très probable. Il était donc urgent et vital d’agir sans plus attendre.

Avec les patrons-producteurs d’émissions exclus arbitrairement de Radio Courtoisie depuis plus d’un an maintenant, ceux qui ont préféré s’éloigner de la radio volontairement et surtout avec de très nombreux auditeurs de Radio Courtoisie, nous avons décidé d’organiser la sauvegarde de Radio Courtoisie et de créer cette association APARC ouverte à tous les amis et auditeurs de notre chère radio.

Mobilisez-vous et aidez-nous à mettre tout en œuvre pour sauver Radio Courtoisie, adhérez à notre association et donnez-nous les moyens d’agir efficacement et rapidement pour permettre à votre radio, œuvre de Jean Ferré et de Serge de Béketch et de tous nos grands anciens, de ne pas disparaître.

Le montant de la cotisation a été fixé à 15 euros lors de l’Assemblée Générale. Bien entendu, vos dons complémentaires seront les bienvenus car les actions à engager seront bien entendu très coûteuses.

Merci de faire parvenir votre règlement à l’ordre de l’APARC le plus tôt possible par retour de courrier.

Par avance, nous vous remercions du fond du cœur de votre confiance et de votre aide précieuse, et nous vous prions d’agréer, chers amis, l’expression de nos sentiments les meilleurs.

Vive Radio Courtoisie ! ———————————————————————————————————————–

Bulletin d’adhésion à l’APARC

Association des Producteurs et Amis de Radio Courtoisie 70 boulevard Siant-Germain – 75005 Paris

Je soussigné(e) …………………………………………………………………. demeurant…………………………………………………………….. déclare souhaiter adhérer et devenir membre de l’association APARC pour œuvrer à la sauvegarde de Radio Courtoisie. Je vous prie de bien vouloir trouver ci-joint un chèque de…………… euros à l’ordre de l’APARC constitutif de ma cotisation due pour l’année 2017 (montant unique de 15 euros) et d’un don complémentaire* pour permettre à l’association d’œuvrer au mieux pour la sauvegarde de Radio Courtoisie.

Le…………………. à…………………………………………

Signature (obligatoire)

NB : Un exemplaire des statuts et du règlement intérieur sont à ma disposition sur simple demande. J’ai pris bonne note des obligations qui incombent aux membres, notamment celles relatives à la participation que je m’engage à respecter. * Barrer si mention inutile

Didier Rochard

Président

Article paru sur le Boulevard Voltaire le 9 Décembre

Henry de Lesquen devant la 17e chambre : qu’a-t-il donc fait de sa courtoisie ?

La sagesse voudrait que les administrateurs de Radio Courtoisie renvoient leur président exercer ses talents de polémistes sur d’autres ondes.
François Teutsch
Avocat

Le 7 décembre 2016, Henry de Lesquen, patron de Radio Courtoisie et candidat à la présidentielle de 2017, comparaissait devant la XVIIe chambre du tribunal correctionnel de Paris pour apologie de crimes contre l’humanité et injures racistes. Le ministère public, saisi à la demande de la LICRA, le poursuivait en raison de plusieurs tweets d’un goût exquis :
« Centrée sur le rythme, la musique nègre s’adresse au cerveau reptilien. » Puis : « C’est le racisme des juifs qui les a conduits au monothéisme quand ils ont privé de leurs dieux les “Goyim” qu’ils haïssaient. » À propos de la Shoah, il n’hésitait pas à écrire : « Je suis émerveillé de la longévité des “rescapés de la Shoah” morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées ? » ou encore « La plantureuse Simone Veil, “rescapée de la Shoah”, qui “va bien” à 88 ans. »
Des propos plus que douteux, auxquels il faut ajouter une subtile analyse sur le coefficient de blancheur des joueurs de football. Du Lesquen dans le texte, tel qu’il le revendique sur son compte Twitter ainsi que sur sa page Internet Lesquen 2017.
Ce n’est pas la première fois que ce haut fonctionnaire hautain se livre à de tels propos : leur auteur les justifie par la lutte contre le cosmopolitisme et par une aversion non dissimulée pour les juifs, les Noirs, et autres « métèques ». Il les tient régulièrement à l’antenne de Radio Courtoisie au cours de son « Libre Journal » du lundi soir, qui se résume à l’expression de son opinion et à de permanentes interruptions de ses invités, qui ne peuvent pas placer deux phrases sans être repris par le maître des lieux, qui a fait de cette radio libre un instrument à sa botte.
La crise, latente depuis de nombreux mois, a éclaté en mai 2016 et a entraîné le départ de très nombreux patrons d’émission, lassés des propos affligeants d’un individu qui ne semble pas conscient du fait qu’il saborde une station créée, il y a près de trente ans, pour porter une parole vraiment libre dans le paysage radiophonique français.
Certes, il est détestable que Lesquen soit poursuivi pénalement pour ces propos : les lois Pleven et Gayssot instituent un véritable délit d’opinion et devraient être abrogées par tout gouvernement digne de ce nom, et l’antipathie qu’inspire le personnage ne justifie pas un procès politique – comme il le dit lui-même à juste titre — devant une juridiction réputée pour sa servilité envers le politiquement correct. On doit pouvoir exprimer des âneries en France sans être traduit en justice, et nombreux sont ceux qui pensent qu’un Faurisson ou un Vincent Reynouard se discréditent seuls par leur contestation des crimes nazis, sans qu’il soit nécessaire de leur donner une visibilité par des procès sans fin. En cela, la comparution de Lesquen est la marque d’une vraie police de la pensée.
Mais la liberté d’expression n’est pas absolue. En revenant à l’équilibre institué par la loi du 29 juillet 1881 sur la presse, Henry de Lesquen pourrait et devrait être poursuivi pour injures publiques. Parce que ses propos sont ouvertement injurieux envers les personnes visées, quoi qu’on pense, au fond, des questions qu’il évoque.
Et si nul ne peut se réjouir d’un procès d’opinion, la sagesse voudrait que les administrateurs de Radio Courtoisie, se souvenant du nom de leur chère radio, renvoient leur président à exercer ses talents de polémiste sur d’autres ondes.

leblogbernard

Bernard Antony, Didier Rochard, Guillaume de Thieulloy
Et leurs amis patrons d’émission « hors les murs »

Paris le 2 novembre 2016
Chers auditeurs de Radio-Courtoisie,

C’est avec stupéfaction que nous avons reçu d’Henry de Lesquen une lettre datée du 25 octobre 2016 sollicitant le don « le plus généreux possible » et accompagnée d’une carte « d’auditeur privilégié » (sic) pour 2016, portant le numéro 11817 pour celle de Bernard Antony et le numéro 14930 pour celle de Didier Rochard.

En effet, sans autre forme de procès, sans aucune rencontre préalable mais avec d’hallucinantes allégations mensongères, c’est par courrier daté du 17 août que Lesquen avait signifié son éviction à Bernard Antony et le 13 septembre à Didier Rochard.

Ce personnage a donc aujourd’hui l’impudence de nous demander de l’argent.

Quel était donc le prétexte principal invoqué pour notre épuration, après déjà celle de Martial Bild et plusieurs autres ? Le fait d’avoir accepté de joindre notre signature à celles de dix autres patrons d’émission de grande qualité et notoriété demandant à Henry de Lesquen de démissionner de la présidence de la radio alors qu’il développait toujours plus son hallucinante campagne de candidat à la présidence de la République.

Dans une continuelle avalanche de « tweets », déclarations et autres procédés dont chacun peut juger en lisant sur son site internet ce que ses avocats ne lui ont pas encore fait retirer[1], leur boursouflure caricaturale jetait un grave discrédit sur la radio bien sûr, quoi qu’il en dise, mais aussi sur les idées et valeurs de notre droite de conviction. Car par-delà la diversité des opinions, les différences et les divergences, on ne peut jamais les confondre avec celles de ce « racisme républicain » dont Lesquen s’est fait jubilatoirement le chantre en égrenant de surcroît les charmes de l’esclavage et de l’enchaînement.

On mesure encore avec cette dernière lettre combien s’affirme toujours plus le dogme : « Lesquen, c’est Radio-Courtoisie et Radio-Courtoisie, c’est… Lire la suite : http://www.lagrif.fr/communiques/actualites/603-lettre-aux-auditeurs-de-radio-courtoisie

premiere-emission-de-radio-courtoisie-jean-ferre-2

Lettre de J F du 1er Aout 2016

Lesquen déclare que les patrons d’émission qui s’opposent désormais à lui sont soumis au système. Il les traite de félons et de sycophantes, et traite, au micro de Courtoisie, Paul Marie Coûteaux de salopard.
C’est au contraire pour préserver Courtoisie des foudres du système que nombre d’entre eux, les deux tiers de l’ensemble, souhaitent le départ de Lesquen, car celui-ci, par ses déclarations à plusieurs médias et dans les réseaux dits sociaux, a déclenché une campagne médiatique très préjudiciable.
Il essaie à présent d’intoxiquer les auditeurs en occultant totalement sa responsabilité sous le couvert de la liberté d’expression.
Or il y a la liberté telle qu’on peut la souhaiter, et il y a celle en vigueur. Il y a la réalité politico médiatique, qu’un esprit aussi féru de politique ne peut esquiver. Cependant, Lesquen n’en a cure ; empli de son immense prétention et de sa mégalomanie, il a cru qu’il pourrait proférer une bordée d’extravagances (exemples : « Si j’étais président je ferais détruire la Tour Eiffel » ; « La France doit annexer la Belgique » ; « L’esclavage s’est imposé comme une nécessité. Ce ne fut pas un crime. » ; « La musique nègre doit être bannie des médias publiques » ; « Je suis émerveillé de la longévité des soi disant rescapés de la Shoah morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont racontées ? »), et se faire filmer en train d’ovationner Faurisson, sans attirer, contre lui et contre Courtoisie, la meute des commissaires politiques. Sa fatuité délirante altèrerait elle son esprit qu’il croit être si supérieur ? Quel raisonnement subtil l’a guidé pour attirer ainsi La Licra, Le Cran, SOS Racisme et le CSA sur son cas ?
Il a suffit aux médias, qu’il savait être profondément hostile à ses idées, de lui tendre un micro pour que son égo démesuré se répande et s’étale. Il n’a donc pas la carrure du responsable qu’il doit être, responsable de l’avenir d’une force culturelle unique en France si ce n’est en Europe, Radio Courtoisie.
Après cette lamentable élucubration et la très vive indignation qui s’en suivit au sein de la radio et de son auditoire, l’infatué énarque crut très intelligent de faire diffuser régulièrement une annonce par laquelle il se plaît à exposer un raisonnement juridique selon lequel chacun est libre à Courtoisie, libre de dire ce qu’il veut et à fortiori à l’extérieur *. Ainsi, le message implicite, qui ne fait aucunement référence à l’affaire médiatique et à la mise en cause de son comportement (car l’explication explicite serait sans doute trop franche pour cet individu), est que par conséquent rien ne peut lui être reproché, au motif qu’il faut absolument dissocier les propos tenus en et hors vie radiophonique *. Ce qui ne l’empêchait pas cependant et très contradictoirement de demander à l’époque la démission du ministre Frédéric Mitterrand après qu’icelui avait publiquement fait état de sa pédophilie. Sa logique varie opportunément selon la situation.
N’ayant pas la notion du ridicule, il ose se prétendre la victime de très vilaines personnes, valets du régime, qui refusent sa liberté d’expression.
Il explique à l’antenne qu’il refuse de subir une troisième censure, s’ajoutant à la juridique (code pénal) et à l’administrative (CSA), de la part des patrons d’émission. Cette version est aussi fausse que l’homme. Il ne s’agit pas du tout de censure ; il s’agit de critique, de rejet, de désapprobation, de colère, d’exaspération, exprimés par ceux qui ont fait et font la radio. Lui n’a fait que s’emparer de sa direction il y a dix ans, aidé par six hommes de main, qui sont intervenus physiquement pour empêcher les patrons d’émission de s’exprimer lors du dîner d’anniversaire suivant la mort de Jean Ferré, le 12 novembre 2006, et pour ensuite empêcher certains de pénétrer dans les locaux de la radio pour y faire leurs émissions. La vérité est diamétralement opposée aux théories policées qu’il nous assène.
Depuis, toujours soucieux de réécrire les faits, toujours adepte de l’exploitation de défunts qui ne risquent pas de le contredire, pratiquant avec affectation la désinformation, il a indéfectiblement veillé à faire croire que Ferré l’avait désigné comme successeur (jusqu’à encore son émission du 10 octobre 2016 où il exploita l’occasion d’un hommage). Il ne cesse de répéter que Ferré l’a nommé comme successeur, cela afin de se façonner une légitimité qu’il utilise pour justifier ses agissements et son diktat.
Alors, d’une part, qu’à plusieurs reprises il a élégamment rappelé que Ferré était à cette époque dans un état lamentable et avait perdu ses facultés, et d’autre part que les statuts légaux des associations ne permettent en aucun cas une telle nomination. Lui qui se pique d’être fort en droit, qui rédige lui-même un mémoire destiné au conseil d’État, ne peut l’ignorer. Lui qui, pour parachever son coup de force, comme il l’a déclaré en juillet 2016 au micro de Martin Pelletier, a verrouillé et blindé les statuts de l’association, a choisi et trié très soigneusement les électeurs représentants les membres adhérents, et les membres du conseil d’administration, afin d’empêcher quiconque de prendre sa place si légitime.
Et n’oublions pas la séquence rediffusée depuis des mois, à satiété, dans laquelle Serge de Beketch, sur son lit de mort, parle à Lesquen. L’auteur de cet infâme montage, de cette infecte exploitation, imagine qu’il pourrait là aussi se fabriquer la légitimité qui lui fait tant défaut.
En complèment de ces annonces répétées, destinées à occulter la réalité, il multiplie, au micro de la radio, les propos captieux, spécieux, falsificateurs, croyant que les auditeurs seront assez bêtes pour les gober.
Jamais court de théorie fumeuse, il y déclare aussi qu’il s’agit d’une cabale de sycophantes, de fêlons, expression de la vindicte que subit Courtoisie depuis ses débuts. Un jour c’est lui qui est visé, un autre c’est la radio.
Lesquen se fout du monde, incapable qu’il est de reconnaître ses fautes, se vautrant dans la malhonnêteté intellectuelle la plus indigne. Car en l’occurrence, il ne s’agit absolument pas d’une vindicte dirigée contre la radio, qui existe certes mais qui demeurait très faible, le choix de la police de la pensée ayant été de ne faire aucune publicité à Courtoisie même en en disant du mal, l’occultation étant un moyen plus habile, engendrant l’inexistence et donc la non influence.
Non, la radio n’a pas été mise en cause, tout le monde le sait, sauf ceux qu’il a réussi à désinformer ; l’objet de la vindicte c’est lui, lui et ses nombreux propos aussi déplacés qu’inopportuns. Il ment par inversion, et l’inversion est la base de la perversion.
Il aurait voulu faire du tort à Courtoisie qu’il n’aurait pu mieux faire. Il a fallu qu’il ouvre son grand clapet intarissable, plus fort et plus intelligent que tous, afin d’apporter la lumière au monde. Il y a fort à parier qu’il a agit ainsi en pensant justement que là était le seul moyen pour que le système accepte enfin de parler de lui, lui toujours lui.
Il a voulu se faire connaître, coûte que coûte. Le grand prétentieux s’est répandu dans les médias. Seulement voilà, c’est à Courtoisie qu’il en coûte, bien évidemment traînée avec lui dans la boue médiatique alors qu’elle n’y est pour rien.
En réaction à cette grave faute commise très consciemment, les patrons d’émission claquent la porte, les invités refusent de venir au micro, les auditeurs fuient, les cotisations baissent. Quelle belle réussite.
Alors le président à vie se cabre à l’extrême, se drape de sa haute valeur d’être supérieur qui sait et comprend mieux que quiconque, calomnie ceux qui se soucient de l’avenir de la radio, se réfugie derrière des raisonnements aussi factices que fallacieux ; et il continue, comme à son habitude, de ricaner comme un crétin, entre deux péroraisons. Il agit pour lui, selon lui, et ne sait faire que cela.
Ceux qui l’ont supporté depuis dix ans, se raisonnaient en pensant que la stabilité de Courtoisie passait par ce sacrifice. Désormais, ils ont définitivement compris que ce caractériel met en péril la radio, ne serait-ce qu’en entachant gravement sa notoriété.
Ils refusent que la grande Radio Courtoisie, la si précieuse, devienne radio Lesquen, ils refusent qu’elle souffre davantage de l’égocentrisme dévastateur d’un tel personnage.
Cela a provoqué le départ spontané de nombreux patrons d’émission. D’autres encore ont été chassés par Lesquen après avoir exprimé leur mécontentement de voir la radio mise en péril.
Et il y a ceux qu’il a virés avant cette affaire, comme par exemple Martial Bild, au moyen d’un prétexte orchestré ; car Bild travaille pour TV Libertés et Lesquen déteste TV Libertés, parce que, d’après lui, elle oriente vers elle des auditeurs de Courtoisie. Il voudrait garder un monopole mégalomédiatique. Aussi se plaît-il à insulter et diffamer ses membres avec férocité et grossièreté. Lui le grand libéral ne supporte pas la concurrence. Cela aussi doit être su.

Voilà l’alarmante réalité.
Courtoisie appartient à ceux qui l’ont fait, à ceux qui l’écoutent, et à personne d’autre.
* Poussant son machiavélisme de bazar jusqu’au paroxysme, l’énarque fou use à nouveau de l’inversion pour déclarer  :
« Les quelques (sic) cas où il a fallu exclure quelqu’un, c’est parce que il avait tenu publiquement des propos qui allait contre l’intérêt de Radio Courtoisie. La radio ne peut pas fonctionner si on accepte n’importe quel débordement en dehors de l’émission elle-même ; tous les membres de Radio Courtoisie sont tenus au minimum par une obligation de décence, ils ne doivent pas par leur propos publiques porter atteinte à l’intérêt de la radio. C’est tellement évident. » Henry de Lesquen, le 10 octobre 2016 au micro de Courtoisie, lors de la première partie de son émission

Des auditeurs actifs lancent une pétition

 

tfpjwubmkcrjchs-800x450-nopad

Auditeurs de Radio Courtoisie ne LA laissez pas mourir !

Signez cette pétition : https://www.change.org/p/membres-du-conseil-d-administration-de-radio-courtoisie-pour-l-avenir-de-radio-courtoisie-historique.

Merci de relayer cette initiative au plus grand nombre d’auditeurs que vous connaissez.
La famille courtoise doit se mobiliser pour défendre sa radio comme elle défend la France
Nous vous engageons à signer cette pétition :

En tant qu’auditeur de Radio Courtoisie :
. Je considère que la campagne électorale de son président nuit aux qualités de réflexion, d’intelligence, de rigueur et de courtoisie de notre radio. Le site de M.de Lesquen est en cela parlant et mérite d’être visité https://lesquen2017.com/
A tort, car évidemment le lien se fait automatiquement dans le public, M.de Lesquen affirme, qu’il ne parle pas au nom de Radio Courtoisie dans le cadre de sa campagne électorale et demande que l’on respecte sa liberté de penser et de paroles. Qu’il serait souhaitable que M.de Lesquen s’impose à lui-même ces exigences. En effet, son comportement à l’antenne et surtout les mises à pied d’intervenants de longue date ou leur découragement prouvent que M de Lesquen met à mal la qualité essentielle de Courtoisie : la diversité de penser, de croyances et d’approches dans le souci partagé du retour à une France souveraine et enracinée.
. Je suis blessé(e) par la nature raciste des propos de M. de Lesquen qui entrave profondément ce que fut la démarche de notre radio jusqu’à ce jour : lutter, sans haine avec honnêteté, érudition et droiture, contre le cosmopolitisme et la perte d’identité et d’enracinement du peuple de France.
. Je suis outré(e) d’observer la déconstruction de cet outil de résistance historique dans la situation catastrophique dans laquelle se trouve notre pays. Comment tolérer que l’on serve ainsi nos adversaires à quelques mois d’une échéance électorale ? En effet, l’attitude caricaturale et rigide de M. de Lesquen ainsi que le tumulte qu’il a entrainé au sein de la radio salissent l’image des défenseurs de la souveraineté nationale qui luttent contre le nivellement mondialiste et cultivent l’oubli voire le mépris de l’identité de la France.
. Je souhaite que le choix soit donné aux patrons d’émissions, qui ont été renvoyés comme des malpropres ou démissionnaires par solidarité ou par dégout, de réintégrer leurs missions.
Aucune autre solution ne semble être entendue par M.de Lesquen. En effet, en dépit des qualités réelles, qu’il a démontrées, il reste ferré dans sa rigidité. Regrettant d’en arriver à cette extrémité, je vous demande Madame et Messieurs les administrateurs de Radio Courtoisie, d’appeler M.de Lesquen à quitter son poste de président. Il en va de l’avenir de Radio Courtoisie.

Cette pétition sera remise à:
Secrétaire générale
Dominique Paoli
administrateur
François Eycart
administrateur
Pierre Alexandre Bouclay
1 décideur de plus …

 

 

 

 

La parole des auditeurs Réaction aux propos présidentiels sur la purge

wc-pack-cuvette-reservoir-abattant
Chère Madame Paoli

M. de Lesquen vient de donner sa définition de la purge, je cite : « Ce terme signifie l’élimination des excréments » ! Pensez-vous qu’il faille qualifier ainsi vos collègues patrons d’émission injustement chassés ? Leur diriez-vous en face que cet homme est sain d’esprit et d’âme ?

Il a aussi écrit cette pensée profonde sur Twitter : “la haine raciale est une source d’énergie qui peut aider la France à se relever !” ; Pauvre France !
Vous pouvez vérifier, c’est encore sur le fil des tweets sur le blog non officiel de RC ! Maurras écrivit : “Ce vieux cœur de soldat n’a point connu la haine.” et Jean Ferré était sur la même ligne, lui qui se voulait un homme de paix… Il faut être un tordu et un malade dévoré par la haine pour dire et encore plus écrire des choses aussi stupides et laides… Il prétend qu’elle est condamnable mais de fait il se complaît dans la haine, il ment en disant le contraire, lui qui insulte à tour de bras les pauvres gens qui ont le malheur de le croisent sur Twitter…

Enfin, il plaisante élégamment et noblement sur la mort des deux gamins dont la mort accidentelle par électrocution a été le prétexte à d’effrayantes manifestations de violence en 2005… Il propose d’installer un transformateur électrique dans la rue qui portera leur nom. Certes, la mort de ces enfants a été exploitée par les médias de la gauche antifrançaise et c’est un mal, de même qu’est un mal le fait de donner le nom de ces enfants à une rue, mais ce n’est en aucune façon une raison pour faire de l’humour aussi bête qu’inutile, sadique et vicieux… Mais que c’est drôle, profond et surtout utile pour la cause de l’union des droites et de la France éternelle ! Le grand humoriste et stratège politique que voilà…

Cet homme fait du mal à la radio, il la salit, il nuit à la cause de la patrie française, et la défigure jour après jour en associant quelques bonnes idées à des discours malsains issus de ses pulsions sadiques et perverses. En seulement trois jours que de dégâts…

Évidemment, la réaction des “twittos” est un déferlement de haine et je serais Lesquen (quelle horreur !) je m’inquiéterai de sortir dans la rue tant les très prévisibles menaces affluent et risquent de croître… Mais la plupart ne font qu’exprimer le dégoût pour des propos ignobles, comme par exemple celui-ci : “Se réjouir d’électrocuter des gamins comme votre patron Lesquen, @radiocourtoisie vous trouvez ça chrétien ?” Il est tellement injuste que la radio soit associée aux élucubrations de ce personnage sans légitimité.

Je ne puis croire que vous cautionnez de pareilles immondices. Votre conscience et votre droiture pourront s’exprimer prochainement, j’en suis sûr.

Pour cela, vous avez le devoir suprême de renverser cette caricature car ni Jean Ferré si Serge de Beketch ne lui ont donné le droit de se comporter en tyran et de nous salir et ridiculiser collectivement.

La voix de l’honneur doit parler : les membres du conseils d’administration doivent demander à Lesquen de mettre un terme à sa présidence avant que la radio ne soit ruinée ou interdite par sa faute. 10 ans, il est temps de passer à autre chose… Il faut que ce soit Radio Courtoisie qui se libère elle-même ! Pour la France et pour la mémoire de ses fondateurs.

N’attendez pas trop quand même pour renverser sa majesté très mesquine… Chaque jour qui passe amplifie la salissure et renforce la frénésie gauchiste alimentée par ce triste (sad ou Sade ?) sire.

Salutations courtoises.

JM

P.S. Je serais heureux que vous félicitiez Mme A. Collin qui a su dire au Lesquen avec intelligence tout ce qu’il n’était pas… Vous pouvez lui communiquer la présent courriel en guise de remerciements.