Même Libération en parle !

Plusieurs collaborateurs de cette antenne très à droite réclament le départ de son président Henry de Lesquen, candidat déclaré à la présidentielle et coupable d’outrances répétées.

Henry de Lesquen, trop extrême même pour Radio Courtoisie

Une guerre de tranchées menace Radio Courtoisie, la très droitière antenne «du pays réel et de la francophonie». Dans un appel publié samedi sur le blog catholique Le Salon Beige, plusieurs collaborateurs de la radio demandent la démission de son président, Henry de Lesquen. En cause : les «déclarations publiques insupportables» du personnage. Candidat déclaré à l’élection présidentielle, Henry de Lesquen mène en effet sur Twitter une campagne singulière, faite d’invectives et d’outrances en tout genre. Dans son programme se mêlent défense du «racisme positif» et réhabilitation de l’esclavage, interdiction de l’avortement et privatisation de l’Education nationale. L’homme s’est aussi fait remarquer en s’étonnant récemment «de la longévité des “rescapés de la Shoah” morts à plus de 90 ans. Ont-ils vécu les horreurs qu’ils ont raconté »es

Des positions qui ne plaisent guère à plusieurs animateurs de Radio Courtoisie, pourtant peu suspects de gauchisme rampant. La dizaine de pétitionnaires menace même de démissionner si Henry de Lesquen refuse de céder son poste. «Nous ne pouvons pas, en conscience, cautionner ces positions, ni nous rendre complices de leurs conséquences désastreuses pour la radio et, plus largement, pour une grande partie des droites françaises qui courent le risque d’être “amalgamées” avec ces positions très éloignées des leurs», écrivent les signataires de l’appel. Fondée en 1987, Radio Courtoisie se présente comme l’antenne de «toutes les droites». Dans les faits, ses programmes font la part belle à la droite radicale, identitaire et conservatrice – mais pas jusqu’au point de cautionner la dérive ultra de son président. 

Dans une autre lettre ouverte, publiée dimanche soir, le responsable d’émission Paul-Marie Coûteaux dénonce le «climat délétère qui règne à Radio Courtoisie depuis plusieurs semaines» et assure que «des auditeurs choqués ne paient plus leur cotisation, des producteurs démissionnent, des invités se dérobent (…), tandis que pleuvent plaintes et instructions judiciaires». Et Coûteaux de sermonner le président de Radio Courtoisie : «Votre comportement est pain béni pour tous nos adversaires, qu’il s’agisse du système médiatique, des droites modérées gangrenées par la “pensée unique” et, bien entendu, de toutes les gauches, y compris celui que vous nommez le “funeste Philippot”». Henry de Lesquen n’était pas joignable lundi matin, pour indiquer les suites qu’il donnerait à cet appel.  

Dominique Alberti

Liberation 13 juin à 11h

Articles de presse sur la crise

Un immense gâchis

Article paru le 27 Juin 2016 sur Boulevard Voltaire de François Teustch

Excellent résumé de la situation

Latente depuis plusieurs mois, la crise de Radio Courtoisie a éclaté début juin. Onze patrons d’émission de la « Radio de toutes les droites », dirigée d’une main de fer par Henry de Lesquen, ont signé une lettre ouverte appelant le président à la démission, dont Boulevard Voltaire s’est fait l’écho il y a peu. Le 27 juin 2016, c’est Jean-Yves Le Gallou, une figure majeure de la station, qui annonçait la prochaine suspension de sa collaboration, dans un communiqué sobre et concis. C’est un tournant dans la vie de la radio.

Henry de Lesquen a pris la tête de la radio en 2006. Quelques années et plusieurs purges plus tard, en dépit d’une diffusion accrue grâce au satellite et à Internet, il semblait clair aux auditeurs qu’un conflit couvait. En cause, le caractère du président, dont l’inquiétante dérive autocratique transpirait à l’antenne. Ne supportant plus la contradiction, toujours prompt à couper la parole à ses invités, les remettant parfois en place sans ménagement, il a donné à la station une image d’intolérance agressive en contradiction avec l’esprit de son fondateur, Jean Ferré ; chacun des patrons d’émission est, en effet, libre d’inviter qui lui chante. Ou presque. Éric Zemmour, par exemple, y est persona non grata par décision du président Lesquen…

Les 11 signataires de la lettre ouverte du 10 juin dernier reprochaient à l’intéressé des prises de position personnelles incompatibles avec le respect dû à chacun et de nature à mettre l’existence de la radio en danger. Les propos d’Henry de Lesquen sur la « musique nègre », sur la « religion de la Shoah », sur la longévité des survivants des camps de la mort ou sur l’esclavage dépassent, en effet, l’entendement.

Loin d’exprimer une opinion discutable mais libre, ils portent atteinte à la dignité de la personne humaine et sont, de ce seul fait, inacceptables. Qu’ils tombent sous le coup de la loi ajoute à l’insulte le risque d’une suspension pure et simple de l’autorisation d’émettre.

Jean-Yves Le Gallou n’est pas n’importe qui à l’antenne. Cet ami de longue date d’Henry de Lesquen, chargé du « bulletin de réinformation » quotidien, a toujours eu sa place dans les programmes de la radio. Qu’il se résigne à suspendre sa collaboration est tout sauf anodin. C’est la marque d’un désaccord suffisamment profond pour faire prévaloir les intérêts de la radio sur la fidélité à son président. Et c’est une décision révélatrice du malaise qui y règne.

Vingt-quatre autres patrons d’émission ont exprimé leur inquiétude. Hormis une poignée d’irréductibles loyalistes, beaucoup s’interrogent en silence. Faut-il conserver une émission, au risque d’être assimilé aux propos délirants du président ? Et que va devenir cette radio, à l’utilité incontestable ? En réalité, à moins d’une assemblée générale aux fins de changement de présidence, voire d’une action judiciaire, Radio Courtoisie pourrait bien devenir, autour d’un noyau de fidèles vieillissants, Radio Lesquen. Pour une brève course à l’abîme qui devrait se terminer par un retrait de ses fréquences. Un magnifique gâchis qui peut encore être évité si les administrateurs prennent conscience de l’urgence, au lieu et place d’un président emmuré dans ses certitudes. Un président qui pourrait bien saborder la radio plutôt que céder sa place.

En savoir plus sur http://www.bvoltaire.fr/francoisteutsch/radio-lesquen-un-magnifique-gachis,264996#RcrJkzqbMz5sjtgF.99

Tres chers amis de Radio Courtoisie ce blog est pour vous

Très chers amis de Radio Courtoisie

C’est dans les périodes douloureuses qu’on reconnait ses vrais amis. Radio Courtoisie en a beaucoup et vous vous êtes manifestés sur le blog du Salon Beige ,sur celui d’Anne Brassié et sur la boite mail de Didier Rochard. Un immense merci car ces témoignages d’amitié nous vont droit au coeur et renforcent notre volonté de résister .

 Certains  accusent les patrons d’émission de vouloir tuer la radio , non vraiment non!  Pourquoi anéantir ce à quoi ils travaillent depuis presque 30 ans pour certains d’entre eux ?

Ce blog a été créé par un auditeur de la radio  pour servir de lien entre les patrons d’émission et vous mêmes, auditeurs, afin de ne pas désespérer , d’ échanger des informations afin que le président ne soit pas seul à vous donner sa version des faits et sa litanie de mensonges.

Ce blog veut aussi vous donner la parole , vos lettres sont belles et font comprendre combien Radio Courtoisie est essentiel aux yeux de chacun de nous.

                             Jean Claude Gay

Plusieurs chapitres sur ce blog :

Liste des patrons “remerciés” ou démissionnaires

Auditeurs ,vous avez vraiment la parole.

La presse parle de la crise de la radio.

Lettres ouvertes adressées au président depuis des mois.

Informations sur le fonctionnement de la radio .

Plaintes en justice .

Auditeurs, vous avez vraiment la parole

MV :

Militant socialiste et cosmopolite depuis toujours, je tiens à encourager  M. de Lesquen dans ses propos tenus à Radio Courtoisie et sur ses tweets. J’ai milité toute ma vie pour démontrer l’incongruité des prétentions politiques des droites. Sans grand succès je l’avoue. Je vois monter les extrêmes et m’en inquiète. Aujourd’hui, j’apprécie ses déclarations qui ridiculisent complètement les idées « de toutes les droites ». Continuez mais n’en faites pas trop…Vos discours, tels qu’ils sont, sont nos meilleurs arguments pour démontrer les âneries de « la droite la plus bête du monde ».

Un seul mot MERCI.

De plus vous vous êtes très justement débarrassé des quelques journalistes qui parvenaient à convaincre nos militants de la justesse et de l’intelligence de leurs analyses. Ils étaient dangereux pour la révolution. Sans antenne, on ne les entendra plus. Parfait.

Dernier point. Les émissions culturelles de cette radio entrainaient certains vers vos conceptions bourgeoises, aujourd’hui après quelques transformations , elles sont tellement ringardes que nos militants nous reviennent. Ouf!

PS (pardon pour le pléonasme) j’écoute mais -évidemment- ne cotise pas!!!

Anonyme :

Lettre à M. de Lesquen

Je viens de découvrir avec stupeur dans les communiqués des 12 et 15 septembre 2016 du « Salon beige », que vous veniez de procéder à nouveau à une purge et de renvoyer de Radio Courtoisie, Anne Brassié et Didier Rochard.

Mais pour qui vous prenez-vous? Vous n’êtes pas, que sais-je, propriétaire de Radio Courtoisie, mais son simple gestionnaire. Et vous osez, sans la moindre forme, remercier ainsi deux fondateurs, qui, depuis près de 30 ans se consacrent avec dévouement et compétence à cette radio, au détriment de leur vie familiale.

Ne seriez-vous pas fou ou même paranoïaque? Il est grand temps d’arrêter ce massacre.

Le texte que vous ont adressé Anne Brassié et Didier Rochard, relaté dans ce communiqué du 12 septembre, résume parfaitement ce qu’il faut penser de vous. Vous êtes en train de casser ce magnifique outil qu’avait fabriqué Jean Ferré.

Non seulement par orgueil, toujours très imbu de vous-même, et par entêtement, vous n’avez jamais voulu tenir compte des avertissements qu’on avait pu vous donner ici ou là, en vue de réaliser une véritable union de tous les intervenants de Radio Courtoisie, depuis que vous avez succédé à Jean Ferré, et vous avez persisté, à tel point qu’aujourd’hui, vous avez réussi à créer la division au sein de cette radio. C’est très grave!

Rappelez-vous qu’il y a déjà quelques années, je vous avais averti qu’un certain malaise régnait, et que près de dix directeurs d’émission avaient beaucoup de mal à vous supporter. Vous m’aviez alors téléphoné pendant 3/4 d’heure, me demandant de vous en révéler les noms. Je vous avais, bien entendu,répondu que vous étiez naïf, si vous pensiez que j’allais trahir leur confiance.

Oui, quand vous avez « pris le pouvoir », cela s’est passé d’une façon fort peu démocratique, car vous vous êtes cru obligé de vous faire assisté par des gardes du corps. Il faut le faire! Et depuis, votre type de comportement dictatorial n’a fait qu’empirer.

Voyez-vous, c’est bien d’avoir des neurones, mais pour commander et être respecté, il faut aussi avoir l’intelligence du coeur. Ainsi un vrai chef, s’il en est pourvu, n’a pas besoin de gardes du corps. En effet, depuis votre arrivée à Radio Courtoisie, combien de directeurs d’émission n’avez-vous pas renvoyés? C’est une véritable hémorragie, et cela continue à l’encontre des plus anciens, des plus compétents et des plus méritants…!il serait trop long d‘en donner la liste, mais sachez que moi-même et mes amis en sommes scandalisés. Et dites-vous qu’à force de vouloir les remplacer par des documents d’archives, vous allez finir par lasser les auditeurs, qui à leur tour, diminueront ou suspendront leur cotisation.

Et que dire de votre façon de traiter et d’injurier les gens, comme vous le faîtes à l’antenne?

Que vous n’aimiez pas Claude Reichman, Nicolas Sarkosi, Philippot, François de Mézières et combien d’autres, c’est votre liberté; mais il est scandaleux d’utiliser le micro de R.C pour assouvir votre vengeance, et en des termes inadmissibles. C’est une honte!. Comme je vous l’ai dit, vous n’êtes pas propriétaire de Radio Courtoisie, mais son simple gestionnaire.

Réalisez-vous aussi, combien il est indécent, pour justifier soi-disant votre légitimité à la tête de cette radio, de nous repasser indéfiniment le dernier entretien que vous avez eu avec Serge de Beketch, peu de temps avant son décès.Certes S. de Beketch semble, à première vue, vous avoir donné raison, mais rien n’empêche de penser que pour vous remercier de l’avoir aidé à régler certaines de ses difficultés d’ordre administratif, il se soit cru obligé de ne pas vous contrarier dans votre raisonnement…

Réalisez-vous enfin, qu’il est parfaitement impoli d’interrompre sans cesse vos propres invités en cours d’émission, et de traiter comme des chiennes vos assistantes qui se font un devoir de lire tous les messages, et auxquelles vous interdisez de lire ceux qui vous déplaisent?

Est-ce également honnête de censurer les émissions lors de leur rediffusion? Et cela est très fréquent!

Aussi lorsqu’on vous entend prétendre qu’en France la liberté d’expression n’existe plus depuis la Loi Pleven (1972), et les suivantes, n’êtes-vous pas en pleine contradiction avec votre propre comportement?

Voilà ce qui me paraissait nécessaire de vous rappeler. Bien sûr, ce message ne sera ni lu, ni résumé à l’antenne;mais il vous servira au moins réfléchir.

Sachez qu’il n’y a pas de « complot » contre vous mais un réel désir chez tous, aussi bien de la part de ceux qui ont osé s’exprimer, que de la part de la majorité silencieuse, désir de retrouver le climat de confiance qui existait de temps de Jean Ferré. Tout est possible avec de la bonne volonté.

Et veuillez agréer, Monsieur, l’expression de mes sentiments bien courtois.

Anonyme :

Cher ami

Hier bien entendu, j’ai beaucoup souffert de ne plus pouvoir vous écouter.Ce Lesquen est infecte.J’ai préparé un fax de réprobation que je vais lui envoyer à l’occasion de son journal,et dont je vous enverrai copie. Vous pourrez en faire état auprès des autres « interdits de …..»

Anonyme :

Bonjour,

C’est avec la plus grande tristesse qu’hier soir j’ai entendu que votre journal des auditeurs et des musiciens a été remplacé par une émission d’archives de Jean Ferré ! Cela s’ajoute à la suppression du journal du jeudi d’Anne Brassié qui continuera son émission à TVLiberté ! Ferez-vous de même et quand ?

Après tous ces départs, Radio Courtoisie que nous écoutons depuis plus de 20 ans ne sera plus jamais comme avant. 

Quel sera l’avenir de la radio ? Nous espérons que l’actuel président de la radio se rendra compte de ses erreurs et que tout rentrera dans l’ordre prochainement. 

En attendant, mon ami C. qui était avec moi à la Fête de Radio courtoisie et moi-même,

ne cotiserons plus à la radio au profit de TV liberté. Qu’en pensez-vous ?  

Nous vous souhaitons une bonne continuation et je vous téléphonerai dans les prochains jours pour prendre de vos nouvelles.

Bien cordialement,

Anonyme :

Bonsoir Monsieur Rochard

Je suis navré de ne plus pouvoir écouter vos émissions sur RC. J’aimais bien vous envoyer des courriels,(…)… Et j’attendais avec impatience les passages de Me Lepy et vos invités sur l’Algérie et l’Indochine. 

 Je commence à en avoir assez d’écouter des rediffusions de documents d’archives…

 Bien cordialement.

JC :

Didier Rochard, victime d’une extinction de voix (une panne de micro, dit-on en contrepèterie) a été remplacé au pied levé par Jean Ferré qui a bien voulu quitter sa thébaïde pour ce faire.

Malgré son grand âge, il est apparu à l’antenne en s’écriant:

               DEBOUT LES MORTS!

M. de Lesquen nous a assuré que Didier Rochard reviendra très bientôt, réclamé qu’il est par les auditeurs.

Anonyme :

Ce n’est pas pour des re-dif que nous cotisons, nous avons déjà donné. Je n’ose pas dire A-Dieu à ma radio. Pour ce soir, je me contente d’ au-revoir. Je n’apprécie pas que ma radio devienne une fratrie horlogère…

Anonyme :

Cette rediffusion annonce-t-elle votre renvoi??? Si oui, l’attitude de Mesquin est ignoble. Quel mépris des patrons d’émission et des auditeurs. Pas une annonce, pas un communiqué. Pour qui nous prend-il? pour qui vous prend-il après presque 30 ans de fidélité et d’excellence? Je crois n’avoir jamais manqué une de vos émissions. Ce mépris est monstrueux. J’ai peur de ne pas avoir le plaisir de vous rencontrer à la Fête de la Courtoisie. Vous n’y serez sans doute pas, moi non plus!  Comment être informé? Pour le moment, je suspend mes cotisations. Je vous donne mes coordonnées. Auriez-vous l’obligeance de répondre à ce message? 

Je vous redis mon amitié et mon admiration.

Anonyme :

A l’écoute de la radio…le fossoyeur a encore frappé ou êtes-vous souffrant (ainsi que Mélisande!!!)

Ce fou égocentrique  paranoïaque va réussir à détruire ce que nos adversaires n’ont jamais réussi! Bel ouvrage!! Pour qui travaille-t-il? Il faut se débarrasser de ce personnage…d’urgence. Notre radio n’a plus rien de « Courtoise », elle est devenue (particulièrement le lundi soir, mais il entraîne toute notre exaspération générale!) mal élevée, pédante, arrogante, toute empreinte de la morgue de son président. Plus rien pour Radio Lesquen! plus un sou! Avez-vous le moyen de lui transmettre ce message?

Anonyme :

J’entends une rediffusion en remplacement de votre émission ce dimanche. Que se passe-t-il encore? Le président a donc décidé de couler sa « chère » radio. Votre émission était indispensable par les sujets traités, la qualité des invités et votre écoute attentive et respectueuse.

Je n’écoutais plus le lundi, modèle de cuistrerie et de discourtoisie. Quoique je puisse faire pour vous aider à sauver notre radio, prévenez-moi… 

Salutations courtoises

LM :

Au milieu de la semaine, des airs américains débiles. Le cochon a disparu.

Aujourd’hui trois personnages infantiles, aux lieu et place de votre émission : Ferré, Chiappe, Tulard. Emission vieillotte et ridicule à souhait.

Je présume que vous ne faites plus partie de la maison ! Pas une seule annonce.

Anonyme :

Je découvre votre renvoi de R.C. J’en suis bouleversé car vous faîtes partie des plus méritants et des plus intéressants. Lesquen est effectivement un type odieux. Tout mon soutien.

JCB :

J’ai le plaisir de réentendre M. François-Georges Dreyfus en ce dimanche 18 septembre.
Feue ma mère avait coutume de dire devant les rediffusions à la télévision durant l’été: « C’est encore du réchauffé! »
A Radio Courtoisie, cela devient de plus en plus fréquent! Il est vrai que M. de Lesquen gronde beaucoup, envoie au coin même les meilleurs élèves: n’est-il pas un peu trop sévère ?
Je propose si cela continue et si l’on continue à ressusciter les chers disparus qui firent la grandeur de cette radio, d’appeler celle-ci:

RADIO CATACOMBES

AF :

Il me semble que la Radio se porte bien et il y a plein d’émissions très intéressantes. Il y a de nouveaux patrons et d’autres qui partent, et puis voilà. Je ne vois pas l’intérêt de tout ce remuage de merde, inutile et inopportun…